tala badru alayna

Chanson algérienne

Chantée par Khadija Garde et Fawzia Bengrine

Collectée par Mélaine Lefront et Maëllis Daubercies à Villefranche-sur-Saône

Dans le cadre du projet Chorale Intergalactique

 

Ce jour là, nous sommes venues échanger des chansons avec les résidents du foyer Adoma. Julie Lewandowski et Ana Pereda ont brandi leur bambo, charango, shaker et guitare et chanté quelques chansons d'Amérique latine.

Très vite, l'atmosphère devient chaleureuse et conviviale, un homme court à sa voiture sortir sa shiftelia (luth albanais à deux cordes), un groupe d'adolescents improvise une chanson en beatbox.

Kahadija, la doyenne du foyer, se met à chanter en arabe Tala badru alayna. C'est un chant traditionnel islamique que les habitants de Médine auraient chanté à l'arrivée de Mahomet. C'est l'une des plus anciennes chansons de la culture islamique, elle aurait presque 1500 ans !

 

Tala badru alayna - Khadija Garde
00:00 / 00:55

Tala Badru Alayna nous a également été chantée par Fawzia Bengrine, la maman d'un élève de l'école Jean Bonthoux. (Voir ses autres chansons) Fawzia chante depuis qu’elle est toute petite, quand elle était en Algérie, à Tlemcen.  Elle raconte ses souvenirs  : “Je faisais partie des petits, on sortait avec mon frère, on s’asseyait avec la derbouka et on chantait avec des bougies, tous les voisins sortaient et chantaient, ça me rappelle de très bons souvenirs.”

Tala Badru Alayna est sa chanson préférée, elle la chante dans deux versions : la version originale et une version qu’elle a reprise d’une interprétation. “C’est ma façon de la chanter ! Je la chante tout le temps, tout le temps ! C’est avec celle là que je fatigue mes enfants ! (rires)”.

 

Tala Badru Alayna - Fawzia - version 1
00:00 / 01:09
Tala Badru Alayna - Fawzia - version 2
00:00 / 01:31

Ce chant a beaucoup été réinterprété, on peut l'entendre réarrangé par Laura Hawley sous le nom de "Vivre Aimer Partager" ou encore par le groupe Abraham Jam (voir vidéo ci-dessous). Dawud Wharnsby, le chanteur du groupe y raconte l'origine de la chanson : Mohamed aurait été chassé de sa ville et les communautés juives, musulmanes et chrétiennes de Médine l'auraient accueilli ensemble en lui souhaitant la bienvenue.

Paroles (version 2 Fawzia)

Tala‘a l-badru ‘alaynâ

Min thaniyyâti l-wadâ‘

Wajaba sh-shukru ‘alaynâ

Mâ da‘â lillâhi dâ‘

 

Ayyuhâ l-ab‘ûthu fînâ

Ji'ta bi l-’amri l-muṭâ‘

Ji'ta sharrafta l-madîna
Marḥaban yâ khayra dâ‘

 

Tala‘a l-badru ‘alaynâ

Min thaniyyâti l-wadâ‘

Wajaba sh-shukru ‘alaynâ

Mâ da‘â lillâhi dâ‘

Traduction (version 2 Fawzia)

La lune s’est levée, nous éclairant

dans la vallée de Wadâ‘

Nous lui serons reconnaissants

tant que quelqu’un priera Dieu

 

Ô toi, envoyé à nous

tu es venu avec le commandement sacré

tu es venu honorer la Ville

Sois le bienvenu, ô meilleur messager

Que la bénédiction d’Allah soit sur Mohammad (Mahomet)

Que la bénédiction et la paix soient sur lui

L’Islam est, certes, force, Union, fraternité 

Et adhésion à la religion de Mohammad

Que la bénédiction et la paix d’Allah soit sur lui*

Notes :

* Le texte correspond à l’enregistrement de la version 2, chantée par Fawzia. Celle-ci rajoute un autre tercet (en italique dans le texte) qui n’est pas dans les versions initiales de la chanson. Les chanteurs et les chorales le rajoutent, en effet, quelques fois, sur le même rythme et la même métrique, mais avec un style tardif, comprenant surtout des formules de glorification et « des formules d’eulogie » que les musulmans utilisent après la prononciation d’Allah et du prophète, le répétant comme affirmation de la foi.

Merci à Mohammed El Amraoui pour la traduction, la transcription et la translittération des paroles, ainsi que les notes.

Paroles arabe classique

(version 2 Fawzia)

tala badru alayna.png